Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

Connaitre son Eglise

EXHORTATION

CONNAITRE SON EGLISE

POUR L'AIMER DAVANTAGE

ET MIEUX LA SERVIR

                                    INTRODUCTION :

                                                                      

Le fidèle catholique semble parmi les croyants la proie la plus facile à aguicher, la proie la plus aisée à capturer et à se laisser entraîner vers d'autres sensibilités religieuses… Est-ce par méconnaissance du trésor qu'est l'Eglise ? Pourquoi laisser la Table d'or, les plateaux argentés pour aller manger dans des 'poubelles' ?

            Cette esquisse se veut un rappel à l'ordre, une interpellation fraternelle.

LE CHRIST ET L'EGLISE NE FONT QU'UN

Approche analogique à partir des images de l'Eglise

Par notre baptême, nous naissons et l'Eglise, Corps du Christ et Epouse du Christ devient pour nous une Mère. Et si l'Eglise est le Corps du Christ, c'est que le Christ et l'Eglise ne font qu'UN. Or, « nul ne va au Père sans passer par moi. » dit Jésus (Jn 14,6). Et donc, si le Christ est la Voie du salut, il va donc sans dire que l'Eglise est Chemin de salut. C'est ce qui a conduit saint Cyprien a lancé ce slogan : « hors de l'Eglise, point de salut ! » C'est-à-dire : « hors de Jésus-Christ, il n'y a pas de salut. »

*L'Eglise et la question du salut

Du développement précédent, est-ce à dire que celui qui n'appartient pas à l'Eglise institutionnelle n'est pas sauvé ?autrement dit, les musulmans, les protestants de toutes tendances, nos frères méthodistes, adventistes, évangéliques, pentecôtistes  et autres célestes voire même les animistes ne seront-ils pas sauvés ?

            Ils seront sauvés mais pas en dehors de Jésus Christ.

En effet, comme l'enseigne le concile Vatican II :   « l'Esprit Saint offre à chacun, d'une manière connue de Dieu seul, la possibilité d'être associé au mystère pascal du Christ. » (Gaudium et spes ' G.S 22 &5' ; Lumen Gentium ' L.G 16') Il faut entendre par là que tous ceux qui auront agi selon leur conscience droite, sans connaître le Christ seront aussi sauvés. Par ailleurs, il faut reconnaître que l'Esprit Saint n'est pas enfermé dans les cadres de l'Eglise institutionnelle, de notre 'Eglise' mais agit également dans les autres confessions religieuses, dans les autres communautés où il y a des hommes et des femmes de bonne volonté.

             Mais, il faut toutefois refuser de leur attribuer le vocable (pour les communautés qui relèvent du christianisme) d' 'Eglise' ; pourquoi ? Tout simplement pour une question de logique. En effet, nous avons soutenu que le Christ n'avait qu'une épouse : l'Eglise. Comment expliquer et comprendre alors la multiplicité de ces communautés qui s'arrogent, qui revendiquent pour elles aussi le titre d' 'Eglise' ? Est-ce à dire que le Christ aurait-Il plusieurs épouses ? Non. Le Christ n'a qu'une seule épouse : l'Eglise, celle née de son côté ouvert d'où sont sortis l'eau et le sang qui symbolisent les sacrements qu'Il nous laissait pour notre sanctification (malheureusement, les fidèles ont horreur des sacrements dans l'Eglise).

 

L'Eglise voulue par le Christ est l'Eglise qui remonte aux apôtres qui ont reçu l'ordre de la part du Christ de porter l'Evangile jusqu'aux extrémités de la terre, d'annoncer l'évangile à tous les Hommes sans distinction.

(LES QUATRE SIGNES DE L'EGLISE)

            En filigrane, nous entrevoyons les quatre signes de l'Eglise : unité, sainteté, catholicité (universalité), apostolicité. L'Eglise est une, sainte, catholique et apostolique. Il n'y a pas plusieurs Eglises mais une seule. (C'est vrai que les problèmes et les épreuves endurés, subis font perdre notre lucidité).

            *Cette unique Eglise est 'Sainte' parce que, issue de Dieu, qui appelle tous les hommes à Lui.

            L'Eglise n'est donc pas un ghetto spirituel mais ouverte à tous les peuples, à toutes les races de la terre, à tout homme quelle que soit la profondeur de sa déchéance.

           

            *Et, elle est 'apostolique' parce que remontant aux apôtres ; et, partant, à chaque siècle revient l'invite à (de) la mission du Christ…L'Eglise n'a de raison d'être à travers les siècles que parce qu'elle est missionnaire…Cf. la trilogie : connaître Dieu/ aimer Dieu/ servir Dieu…pour ensuite faire connaître Dieu/ faire aimer Dieu/ faire servir Dieu.

            L'Eglise voulue par le Christ, c'est l'Eglise catholique parce que dépositaire des paroles du Christ. C'est elle qui a recueilli et transmis les enseignements de Jésus Christ que beaucoup utilisent aujourd'hui, malheureusement après avoir modifié, retranché, ajouté bien de passages… Le N.T, ce sont nos ancêtres dans la foi qui l'ont écrit, mus par l'Esprit. (C'est notre 'héritage').

L'Eglise voulue par Christ, c'est celle qui remonte aux apôtres…Nous avons la succession apostolique.

            Notre Eglise possède tous les moyens inspirés par l'Esprit pour conduire les Hommes à la sainteté : les sacrements par exemple.

            Et ces sacrements sont proportionnés par rapport à la croissance de la  personne humaine : l'Homme naît, se nourrit, grandit, choisit à un moment un état de vie, tombe malade, se rétablit etc.

            Au niveau de la foi, de notre vie spirituelle, nous avons un déploiement presque similaire…

            On naît à la vie nouvelle (baptême) ; on se nourrit (Eucharistie) ; on parvient à la maturité de la foi (confirmation) ; à un certain moment, on choisit de se marier (mariage) ou de rester célibataire (ordre, à un 'degré moindre' : la vie religieuse) ; on fait l'expérience de notre fragilité : les moments de maladie physique ou spirituelle. Mais des canaux nous sont indiqués pour recouvrer la santé (onction des malades et pénitence)…

C'est vrai l'homme semble ne pas avoir des atomes crochus avec ce  qui relève de la simplicité…Cf. la simplicité de Dieu dans le mystère de l'Incarnation…Ou encore, souvenons-nous de l'épisode de la guérison du général Naaman dans le second livre des Rois à qui le prophète a demandé tout simplement de se baigner dans le Jourdain, de s'y plonger sept fois…pour être purifié de sa lèpre.

            Naaman avait trouvé à redire à cause de la simplicité de ce qui était requis par Elisée… Et ses serviteurs de lui dire : « Si le prophète t'avait ordonné quelque chose de difficile, ne l'aurais-tu pas fait ? Alors pourquoi ne pas faire ce qu'il te dit : te plonger simplement dans l'eau pour être purifié ? » (2 R 5,1-14)

            Cette incise, juste pour nous inviter à ne pas prendre au rabais, à ne banaliser ces canaux de grâces que sont les sacrements. Ils nous sont donnés pour le bien de l'Eglise et pour le bien-être spirituel de ses fils.

            Même si dans les autres communautés, l'Esprit Saint agit et leur donne des éléments pour leur sanctification, il reste que ces communautés sont sacrements (signes) de salut incomplets. Les raisons ?

Certes, elles ont la parole de Dieu (incomplète d'ailleurs ; il leur manque les deutérocanoniques : Judith, Tobie, 1&2 Maccabées, Sagesse, Siracide, des passages grecs d'Esther, Baruch et la lettre de Jérémie)  cependant, elles n'ont pas la succession apostolique…Depuis le XVIème siècle pour la plupart, la communion a été rompue…Elles ne sont plus en odeur de sainteté avec Rome. Elles ne remontent pas aux apôtres et ne disposent pas non plus de tous les sacrements…    

            Ces communautés chrétiennes et non chrétiennes sont ordonnées à l'unique Eglise du Christ. Comme Dieu, hier, a choisi un seul peuple pour être son porte-étendard, son porte-drapeau à la face des autres nations afin de lui ramener les peuples égarés, ainsi, s'est-il choisi une Eglise, l'Eglise qui remonte aux apôtres.

SAINTETE DE L'EGLISE/ PECHES DE SES FILS/ APPEL A LA SAINTETE        

            Soyons heureux d'appartenir à cette Eglise multiséculaire. Certes, elle est vieille, elle porte des rides mais le temps n'a pas eu grands effets sur elle. Au cours de l'histoire, elle a commis bien d'impairs, d'erreurs, de fautes (Inquisitions, croisades, chasse aux sorcières, esclavage...) ;  mais la grandeur d'un homme, c'est sa capacité de pouvoir se relever dit-on. Et l'Eglise dans cet élan a su le faire à maintes occasions en demandant pardon. (J.P II l'a fait dans le cadre du Jubilé de l'an 2000).

            L'Eglise catholique, malgré cela, est sainte, nous l'avions souligné parce qu'elle a son origine en Dieu, parce qu'unie à Dieu qui la vivifie. Elle est essentiellement communion de vie divine. Cf. l'iceberg.

Cette sainteté peut demeurer cachée aux yeux à certains moments…cependant, Pierre applique le titre de ' peuple saint' à l'Eglise : « Nous sommes un peuple saint, une nation sainte, peuple racheté, sacerdoce royal… »

            C'est le lieu de ne pas oublier, frères et sœurs, notre vocation parce qu'appartenant à un peuple saint : la vocation à la sainteté. En effet, tous les fidèles ont reçu cette vocation à la sainteté et doivent s'efforcer de répondre à la grâce à eux offerte. Tous, nous sommes appelés à la sainteté : hommes/femmes, jeunes/vieux, célibataires/mariés, malades/bien portants etc.

            Et la qualité (le bon acabit ou le bon calibre) de notre vie sera pour beaucoup dans le retour de plusieurs égarés vers la maison du Père.  La qualité de notre témoignage gagnera le cœur de nombre.

            La beauté, la crédibilité de l'Eglise dépend aussi de notre témoignage de foi. Plus nous vivrons de l'Evangile, plus nous attirons au Christ des disciples et plus l'Eglise sera rayonnante.

            L'EGLISE NE DIT-ELLE PAS LA VERITE ?

            Autre chose, on entend souvent dire que l'Eglise catholique ne dit pas la vérité. Mais diantre ! De quelle vérité parle-t-on ? Qu'insinuent les pourfendeurs de l'Eglise ?...

On vous a déjà dit ici que Jésus ne sauve pas ?

            On vous a déjà invités ici à ne pas jeûner et prier ?

            On vous a déjà exhortés ici à voler, à tromper vos femmes, vos maris ?

            L'Eglise ne vous dit-elle pas la vérité quand elle vous exhorte à honorer, à vénérer la maman du Fils de Dieu ? Celle qui s'est entendu dire : « Tu as trouvé grâce auprès de Dieu…Toutes les générations me diront bienheureuse. » Soyons fiers de notre dévotion mariale.         

            On vous a déjà prêché ici d'avoir des mœurs dissolues ?

            Ne dit-elle pas, l'Eglise,  la vérité quand elle indique de ne pas tuer ? De ne pas supprimer la vie des fœtus ? Quand elle vous dit que  'tout est grâce !', que la souffrance, que la croix font partie intégrante de l'Evangile, que le chrétien parce qu'il est fait de chair peut aussi souffrir… ?

            Oui, là où les autres sont prêts à vous spolier, à vous dépouiller de vos biens en voyant le diable partout, en traitant tout  le monde de 'sorcier', divisant vos familles, l'Eglise ne vous dit-elle pas de rester lucides ? Là où les gens vous font entendre ce qui vous fait plaisir à partir de versets bibliques bien choisis, l'Eglise ne vous dit-elle pas attention car on peut tout justifier avec la bible ? L'Eglise ne nous avertit-elle pas de ne pas lire de façon superficielle la Parole de Dieu ?

            Pour interpréter la Parole de Dieu, il faut des balises, des garde-fous et c'est la Tradition, le Magistère et donc les pasteurs sacrés qui nous y aident.      

            Quand chacun se lève et veut interpréter la Parole de Dieu, on aboutit à des dissidences et à la création de communautés bizarres : Ministères, Chapelles, Missions … Parce que chacun est inspiré, a reçu une révélation … Attention ! (Il y a trop de nivellements…on veut transposer certaines pratiques dans l'Eglise…Cf. 'ramasser les grâces pour mettre dans votre sac', chapelet 'je confesse à Dieu/ je crois en Dieu' du premier jusqu'au dernier grain)

Tout groupe, toute société a besoin d'un minimum d'organisation pour garder la cohésion, l'harmonie.

            La chance de l'Eglise, c'est sa hiérarchie, son organisation tant décriée mais enviée…Accepte certaines interpellations.

            Dans l'Eglise catholique, on ne se lève pas pour faire n'importe quoi. Comme dans le corps, chaque membre a sa fonction. Ainsi, en est-il de l'Eglise où de la parfaite disposition, de la parfaite collaboration entre laïcs et clercs  demeure la solidité de l'Eglise…collaboration faite de délicatesse, de courtoisie, de respect, de convivialité…

            Vous laïcs, vous n'êtes pas des chrétiens de seconde zone…les laïcs ne sont pas des ' infra chrétiens' et les évêques et prêtres ' des super chrétiens'.  Dans l'Eglise, chacun a sa place, il est vrai ; mais par le baptême, nous avons tous la même dignité d'enfants de Dieu, tous appelés à la même destinée surnaturelle.

 

            La hiérarchie est un gouvernement saint qui ne doit pas se transformer en tyrannie parce que l'obéissance est un service. En obéissant à l'Eglise, aux pasteurs sacrés, on sert l'Eglise et on permet qu'elle soit mieux connue, aimée et servie. Quand on appartient à une famille, malgré ses limites, on lui est solidaire.

            Soyons très fiers d'appartenir à cette Eglise.

                    Abbé V. De Paul SAWADOGO

(Chemin de croix du vendredi 07/03/08

Paroisse ST Jacques des 2 plateaux)




10/03/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 178 autres membres