Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

samedi 11 juillet 2009

Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Jn 6, 68



Fête de saint Benoît, abbé, patron de l'Europe


Saint(s) du jour : St Benoît de Nursie (patron de l'Europe), fondateur (480-547)

Voir le commentaire ci-dessous, ou cliquer ici
Pie XII: Saint Benoît et l'évangélisation de l'Europe


Livre des Proverbes 2,1-9.

Mon fils, accueille mes paroles, garde précieusement mes préceptes, rends ton oreille attentive à la sagesse, incline ton coeur vers la vérité. Oui, si tu demandes le discernement, si tu appelles l'intelligence, si tu la recherches comme l'argent, si tu creuses comme un chercheur de trésor, alors tu comprendras la crainte du Seigneur, tu découvriras la connaissance de Dieu. Car c'est le Seigneur qui donne la sagesse ; le savoir et l'intelligence sortent de sa bouche. Il tient en réserve son secours pour les hommes droits, il est un bouclier pour ceux qui suivent la bonne route ; il protège les sentiers de la justice, il veille sur le chemin de ses amis. Alors tu comprendras la justice, l'équité, la droiture : les seuls sentiers qui mènent au bonheur.


Psaume 34(33),2-4.6.9.12.14-15.

Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur : que les pauvres m'entendent et soient en fête !
Magnifiez avec moi le Seigneur, exaltons tous ensemble son nom.
Qui regarde vers lui resplendira, sans ombre ni trouble au visage.
Goûtez et voyez : le Seigneur est bon ! Heureux qui trouve en lui son refuge !
Venez, mes fils, écoutez-moi, que je vous enseigne la crainte du Seigneur.
Garde ta langue du mal et tes lèvres des paroles perfides.
Évite le mal, fais ce qui est bien, poursuis la paix, recherche-la.


Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 19,27-29.

Alors Pierre prit la parole et dit à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre : alors, qu'est-ce qu'il y aura pour nous ? » Jésus leur déclara : « Amen, je vous le dis : quand viendra le monde nouveau, et que le Fils de l'homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m'avez suivi, vous siégerez vous-mêmes sur douze trônes pour juger les douze tribus d'lsraël. Et tout homme qui aura quitté à cause de mon nom des maisons, des frères, des soeurs, un père, une mère, des enfants, ou une terre, recevra beaucoup plus, et il aura en héritage la vie éternelle.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris



Commentaire du jour :

Pie XII, pape de 1939 à 1958
Encyclique « Fulgens radiatur » du 21/03/1947

Saint Benoît et l'évangélisation de l'Europe


      Tandis que le monde s'était vieilli dans le vice, que l'Italie et l'Europe offraient le spectacle affreux d'un champ de bataille pour les peuples en conflit et que les institutions monastiques...étaient moins fortes qu'il n'aurait fallu pour résister..., Benoît, par son action éclatante et sa sainteté, a témoigné de l'éternelle jeunesse de l'Église. Par la parole et par l'exemple de la discipline des moeurs, il a restauré et entouré la vie religieuse d'un rempart de lois plus efficaces et plus sanctifiantes. Plus encore : par lui-même et par ses disciples, il a fait passer les peuples barbares d'un genre de vie sauvage à une culture humaine et chrétienne. Les convertissant à la vertu, au travail, aux occupations pacifiques des arts et des lettres, il les a unis entre eux par les liens des relations sociales et de la charité fraternelle...

      Du Mont Cassin une lumière nouvelle a resplendi ; alimentée par les enseignements et la civilisation des anciens et surtout réchauffée par la doctrine chrétienne, elle a éclairé les peuples et les nations qui erraient à l'aventure, les rappelant et les dirigeant vers la vérité et le droit chemin...

      C'est là que Benoît a porté l'institution monastique à ce genre de perfection auquel depuis longtemps il s'était efforcé d'arriver lui-même par ses prières, ses méditations et ses expériences. Tel semble bien être, en effet, le rôle spécial et essentiel confié à lui par la divine Providence : non pas tant apporter de l'Orient en Occident l'idéal de la vie monastique, que l'harmoniser et l'adapter avec bonheur au tempérament, aux besoins et aux habitudes des peuples de l'Italie et de toute l'Europe. Par ses soins donc, à la sereine doctrine ascétique qui fleurissait dans les monastères de l'Orient, se joignit la pratique d'une incessante activité, permettant de « communiquer à autrui les vérités contemplées », et non seulement de rendre fertiles des terres incultes mais de produire par le travail de l'apostolat des fruits spirituels.



20/07/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 178 autres membres