Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

Homélie du 28ème Dimanche de l’Année B

Dimanche 15 Octobre 2006

En ce 28ème dimanche de l'Année B, l'Eglise nous invite à nous interroger sur notre foi en la vie éternelle et sur la nécessité pour chacun de nous de tout sacrifier pour le Royaume de Dieu.

Lorsque nous parcourons l'Evangile, nous constatons que la vie éternelle à plusieurs synonymes :

(V 23) « Tu auras un trésor au ciel » Ciel = vie éternelle.

(VV 23, 24, 25) « Dans le Royaume de Dieu » = vie éternelle.

(V 26) « Mais alors qui peut être sauvé ? » Salut = vie éternelle.

(V 30) «  Tout quitter pour moi et pour l'Evangile » = vie éternelle.

            Entreprendre le chemin qui mène au Ciel, c'est, comme dit la 1ère lecture, préférer la sagesse plus que toute autre chose. En effet, la Sagesse de Dieu est la première de toutes les richesses. « Sa clarté ne s'éteint pas ». Nous n'avons pas à confondre sagesse de Dieu et sagesse humaine. Certes ! La sagesse humaine a du prix. Mais il en est une autre, infiniment supérieure : celle qui vient de Dieu, un don de Dieu. Quand on a compris sa valeur inestimable, il faut la demander dans une instance prière. La sagesse humaine est un pendent de la sagesse de Dieu, mais elle doit se laisser porter par la foi pour devenir UN avec la sagesse divine.

Dans l'Evangile, c'est cette sagesse humaine qui a poussé notre homme riche à s'empresser vers Jésus pour lui faire une demande qui n'a pas laissé celui-ci indifférent puisqu'il posa son regard sur cet homme et se mit à l'aimer. Mais, la suite du récit va nous donner de comprendre que cet homme riche n'avait pas acquis cette sagesse qui vient de Dieu, sinon il aurait été dans l'allégresse à l'idée de savoir qu'il pouvait tout quitter pour suivre Jésus. Hélas !

            « Bon maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? » le désir profond de notre homme riche n'est pas tant de suivre Jésus, mais de se rassurer par lui-même, en s'appuyant sur le Christ, que son mode de vie est conforme aux exigences de Dieu selon la loi juive. Il a perçu en Jésus uniquement l'aspect de maître, comme tant de maîtres en Israël. Mais à la différence des autres, ce maître-ci est bon. Il n'est pas habité par cette sagesse de Dieu qui lui aurait permis de découvrir en Jésus, pas seulement le titre de Bon Maître, mais bien plus le Messie promis pour le salut d'Israël.
            Alors pour ne pas créer de confusion dans l'esprit des gens qui le suivent et dans celui de l'homme riche, Jésus fera une remarque pour les aider à faire une distinction entre lui et les autres maîtres du pays. Il n'est pas un maître à la manière des hommes. « Pourquoi m'appelles-tu bon ? Personne n'est bon, sinon Dieu seul. » Cette réplique aurait du ouvrir les yeux de notre homme et l'aider à dépasser l'aspect humain de Jésus pour entrevoir en lui la divinité. Mais tel n'a pas été le cas.

Il est vrai que cet homme est assoiffé de la vie éternelle, mais est-il disposé à en payer le prix ? A la question comment faire pour posséder en héritage la vie éternelle, Jésus va répondre par quelques articles du décalogue que nous connaissons plus ou moins : «  Ne commets pas de meurtre, ne prends pas la femme d'un autre, ne vole pas, ne porte pas de faux témoignages, ne fais de tort à personne, respecte ton père et ta mère ». N'est-ce pas ces commandements que nous citons très souvent pour prouver que nous n'avons rien à nous reprocher ? Prouver que nous sommes conformes à la volonté de Dieu ?

Jésus en citant ces quelques commandements semble omettre les premiers commandements, pourquoi ? Cette attitude Jésus veut nous montrer que pour avoir part au Royaume de Dieu, la toute première chose à observer, c'est l'amour du prochain. En effet, aimer Dieu plus que tout c'est d'abord aimer l'autre, notre semblable que nous voyons. C'est ce que dit St Jean dans sa première lettre chap 4, v 20 : « si quelqu'un dit : 'J'aime Dieu', et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur. En effet, celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne peut pas aimer Dieu qu'il ne voit pas. »

Il se trouve que notre homme riche a observé tous ces commandements, mais il n'a pas pu étancher sa soif. Et malgré ses richesses, il n'est toujours pas certain de posséder en héritage la vie éternelle. S'il était convaincu que seule la richesse et l'observance des commandements suffisaient à hériter du Ciel, il ne serait pas venu jusqu'à Jésus découvrir la clef qui lui permettrait de percer l'énigme. « Maître, j'ai observé tous ces commandements depuis ma jeunesse. » Il dit vrai. C'est un bon juif, respectueux de la loi de Dieu. Sa vie est un légalisme pur et dur. Jésus sait qu'il dit vrai. Il va alors lui apporter l'eau nécessaire pour apaiser sa soif de salut. Ce sera le tournant de sa vie. Un retournement de 180°.

« Une seule chose te manque : va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel ; puis viens et suis-moi » Frères et sœurs, d'après vous, Jésus est-il raisonnable ? Ceux qui ont écrit ce texte n'exagèrent-ils pas ? Comment on peut demander à quelqu'un qui possède de grands biens de vendre tous biens et de remettre le revenu obtenu aux pauvres ? Et lui, que va-t-il lui rester ? Ce que Jésus demande à cet homme est démesuré. Un maître comme lui, je ne crois pas qu'il soit bon de le suivre. Mieux vaut vaquer tranquillement à ses occupations que de s'intéresser à quelqu'un qui semble perdre la tête. Ces réactions pourraient être celles de chacun de nous.

En vérité, par cette réponse de Jésus, nous devons retenir que le Royaume de Dieu n'appartient pas aux fainéants ni aux paresseux ni aux peureux ni à ceux qui s'accrochent à leurs richesses. Oui, frères et sœurs, il est difficile d'entrer dans le Royaume de Dieu. Ce n'est nullement un jeu de « gamins », cette lutte pour le Royaume. Celui qui s'est imaginé que la route du Ciel est faite pour les désœuvrés, il se trompe. En voici la preuve que la vie éternelle n'est pas si facile que ça. Qui d'entre nous serait prêt à tout abandonner pour le Christ aujourd'hui ?

Rappelez-vous les paroles du Christ : « le Royaume de Dieu crie violence et ce sont les violents qui s'en emparent. » le Salut appartient donc à ceux qui renoncent de tout cœur au moindre bien terrestre pour posséder en retour les biens spirituels, les vertus morales et humaines. La vie éternelle appartient à tout homme qui accepte de renier sa propre vie à cause du Christ et de l'Evangile.

            En fait, avoir en héritage la vie éternelle revient à dire tout simplement posséder Jésus et son Evangile. La vie éternelle c'est le Christ lui-même qui se donne à nous chaque dans le repas eucharistique, dans le pauvre, la veuve, l'orphelin qui nous côtoient tous les jours. La vie éternelle, c'est la pleine communion avec Dieu. Et cette communion est déjà commencée depuis la venue en ce monde du Sauveur Jésus Christ. « Les vrais adorateurs adoreront Dieu en esprit et en vérité. » comment faire pour hériter du Royaume de Dieu ?

Vérité, Droiture, amour de Dieu et du prochain, humilité voici des chemins qui conduisent à la vie éternelle. Le meilleur des chemins : Tout quitter pour suivre Jésus et son Evangile. Beaucoup d'hommes ont déjà suivi ce chemin : St Pierre, St Paul et tous les apôtres, St Antoine du désert, St François d'Assise, St Dominique pour ne citer que ceux-ci. Aujourd'hui encore, le Christ nous redit : une seule chose te manque. Nous avons à découvrir nos richesses qui pourraient nous empêcher d'entrer dans le Royaume. Enonçons quelques unes : l'amour trop prononcé de l'argent ; l'idéologie de notre parti politique au mépris de l'enseignement de l'Evangile de Jésus et de l'Eglise ; la renommée venant des hommes, la recherche de l'éloge et de la gloire des hommes ; le désir de puissance pour dominer les autres ; l'amour des plaisirs de la chair : sexe, boissons, virée nocturne, jeu de hasard ; paresse, oisiveté ; la peur de perdre sa richesse ; l'envie de posséder pour posséder.………..

            Chacun doit découvrir qu'est-ce qui peut constituer pour lui une richesse au point de le sevrer du Royaume. Puisse cette eucharistie nous aider à renoncer aux biens de ce monde et à ses plaisirs pour ne posséder que Jésus et l'Evangile.

Résumé

1-la vie éternelle : connaître les commandements, la volonté de Dieu.

2-la vie éternelle : vivre les commandements de Dieu.

3-la vie éternelle : c'est renoncer à soi pour être au service de Dieu et des pauvres.

 

Appel à la conversion du peuple de CÔTE D'IVOIRE.

En méditant un texte de St Grégoire le grand, j'ai été frappé par deux de ses propos :

« Le silence du pasteur est nuisible quelquefois à lui-même, mais toujours à son peuple. »

« Ceux qui nous ont été confiés abandonnent Dieu, et nous nous taisons. Ils sont tombés, par leur mauvaise conduite, et nous ne leur tendons pas la main en les corrigeant. »

Plongé dans la méditation de ses propos de St Grégoire, j'entends une voix intérieure qui me dit :

- mon fils, as-tu déjà été agressé ?

- oui, une fois dans le mois de mai dernier. Nous avons été attaqués par des bandits armés de kalach.

- Et quelle a été ton attitude ? as-tu applaudi l'acte d'agression ou l'as-tu condamné ?

- Bien évidemment Seigneur, j'ai réprouvé l'acte.

Et la voix intérieure me dit : Regarde ! et je vois la CÔTE D'IVOIRE agressée. Et la voix me dit :

-          Mon Peuple a été agressé. Quelle attitude as-tu eu ?

Puis, je vois un homme avec une forte cohorte de personnes armées, avec une puissance de feu extraordinaire. Immédiatement, il m'apparaît dans la vision intérieure, Jésus dans le jardin de Gethsémani. Un de ses disciple s'avance vers lui avec une cohorte de personnes armées de bâton, de corde, d'épée. Et j'entends dire, cet homme que tu as vu tout à l'heure est un fils du pays.

Alors j'entends une sentence : Malheur ! malheur ! malheur !

Malheur parce que tu as élevé le mensonge et piétiné la vérité.

Malheur parce que tu as glorifié l'injustice et le désordre et tu as piétiné la justice.

Malheur parce tu as préféré la corruption, le vol et tu as piétiné la droiture.

- Parle à mon peuple. Dis-lui : tu as applaudi mensonge, injustice et corruption. Interpelle mon peuple.

- Vous paroissiens de ST Jacques, membres du CNRD ; vous paroissiens de St Jacques, membres de la RHDP ; vous paroissiens de St Jacques, peuple du silence ( j'entends par peuple du silence, ceux qui ne font pas partir de ces deux structures cités. Membres d'autres partis politiques ou non), au Nom du Seigneur, je vous avertis.

-  Je vais purifier mon peuple, dit le Seigneur. Je vais écarter de mon peuple tout ce qui ne confesse pas mon Nom. Je l'ai et je le ferai.

Une autre vision m'apparaît. Je vois une personne vêtue d'une tenue qui est son baptême. Puis, cet homme  ôte sa tenue de baptême et la piétine en disant : je n'ai que faire de mon baptême.

- chaque fois, qu'il a préféré le mensonge à la vérité, il a piétiné son baptême. Chaque fois qu'il a préféré l'injustice à la justice, il a piétiné son baptême. Chaque fois qu'il a préféré la corruption et le désordre à la droiture, il a piétiné son baptême. Et il ose dire : je n'ai que faire de mon baptême.

Et je vois cette personne en jugement devant le tribunal de Dieu. Après tout le film de sa vie, le Seigneur lui dit :

- je n'ai que faire de toi dans mon Royaume. Vas loin de moi maudit ! dans le feu préparé pour Satan et ses suppôts. Toi qui as préféré mensonge, injustice et corruption.

- Dis à mon peuple que je lui tends la main. Qu'il s'engage pour la vérité, la justice et l'amour. Sinon, vos cœurs s'endurciront et ma colère sera grande.

- Peuple de CÔTE D'IVOIRE, je T'aime.

Par l'Abbé Eric AMANGOUA

 



20/10/2006
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 178 autres membres