Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

27 déc 07 Vct 2 Paul

L'Eglise dans son prolongement de la fête de la nativité nous donne de célébrer solennellement la Sainte Famille ,partant, de célébrer toutes les familles de la terre.

Bonne fête alors à toutes les familles d'ici et d'ailleurs par anticipation.

Bonne fête aux familles heureuses et unies.

Bonne fête aux familles en difficulté, divisées, meurtries sans lendemain.

Bonne fête dans l'espérance aux foyers sans enfants.

Nous fêtons Jésus, Marie, Joseph : le fils, la mère et le père adoptif.

Le fils c'est l'ultime parole de Dieu qui a pris chair dans le sein de la vierge qui l'a porté durant le temps qu'il fallait et qui l'a enfanté en son temps dans le monde pour le salut du monde.

Sa conception en Marie fut l'œuvre de l'Esprit pour que le messie soit d'essence divine, il vient de Dieu, c'est un don de Dieu « par lui tout a été fait puisqu'il était auprès de Dieu » ; nous enseigne le prologue de Saint Jean ( texte proposé au matin de Noël  Jean 1, 1-18) si Jésus est vrai Dieu il est également vrai Homme.

Sa mère c'est Marie et son père de la terre est Joseph. En effet Joseph a été choisi pour être le père légal de Jésus. L'ancien testament nous dit que le messie est de la race de David et Joseph est descendant de David. C'est donc lui Joseph qui apprend de l'ange le nom qu'il doit donner à l'enfant « tu lui donneras le nom de Jésus » . Et la fête des Saints Innocents nous montre que c'est lui qui devait protéger l'enfant et sa mère : « lève toi prends l'enfant et sa mère et fuis en Egypte ». pourquoi ? Pour échapper au sanguinaire, à l'ignoble Hérode qui a peur pour son triste et funeste règne et qui craint la lumière, la vérité, la paix apportée par le Messie. A la mort d'Hérode Joseph reçoit l'ordre suivant : « lève toi prends l'enfant et retourne dans ta patrie. Ne vas pas à Bethléem mais à Nazareth. ». joseph était chef de famille en tant que tel il conduit la délégation pour le rite de purification de la mère et de présentation de l'enfant au temple.

Après le père que dire de la mère ?

Marie elle n'est plus à présenter. Nous savons qu'elle est la toute pure la sainte par excellence après son fils. La Sainteté de Marie est le chef d'œuvre de Dieu. Si nous voulons nous aussi accomplir notre vocation à la sainteté il nous faut faire comme Saint Jean le disciple que Jésus aimait : prendre Marie chez nous

Oui la famille que nous célébrerons dimanche est sacrée parce qu'elle accueille Dieu en son sein, elle est Sainte, exemplaire, modèle de vertus humaines : docilité, humilité, discrétion, sollicitude, amour, charité, piété.

Elle est disposée à accomplir en tout la volonté de Dieu. Et c'est cela l'essentiel.

Permettez que je m'appesantisse sur cet aspect.

A l'annonciation, quand l'ange Gabriel se présente à Marie pour quérir, solliciter son fiat, son consentement afin qu'elle soit la mère du sauveur qui allait donner le salut à l'humanité, elle ne pense pas d'abord à son petit bonheur, a ses intérêts mais au monde entier que le Diable tenait en laisse.

Oui Marie répond favorablement  « voici la servante du Seigneur que tout se passe selon ta parole » en d'autres termes  « que la volonté de Dieu se fasse ».

« Oui je veux être un instrument entre les mains de Dieu pour donner la vie, la paix, la joie aux hommes ».

Joseph également s'inscrit dans cette perspective, formant le projet de répudier en secret son épouse Marie, l'ange l'en dissuade « ne crains pas de prendre Marie chez toi….. ». à son réveil  nous dit l'Evangile « il prit Marie chez lui ».

Le fils viendra dire : « ma nourriture c'est de faire la volonté de mon père »

Comment est ce qu'une telle famille tournée, accrochée, « fan » de Dieu pourrait-elle manquer de ce qu'il lui faut pour vivre ?

Cette famille a connu joies et peines, victoires et échecs, souffrances et tribulations mais en tout elle est restée liée, connectée, branchée sur Dieu.

Oui frères et sœurs, bien chers tous, voilà le modèle à imiter : JESUS, MARIE, JOSEPH. Ce ne sont pas des extraterrestres mais des hommes bien de chez nous parce que imitables.

Entre nous, nos familles si elles méritent encore le nom de « famille » vont-elles dans le sens de la famille de Nazareth ? La famille qui est le lieu de communion, d'amour, de partage, le lieu où se construit l'être humain, le lieu d'épanouissement.

Les écritures nous disent : « dans sa famille Jésus grandissait en âge, en sagesse, en intelligence devant Dieu et les hommes ».

A l'évidence nos familles d'aujourd'hui en sont très loin.

Regardez un peu dans les foyers. Ne dit-on pas que si notre société est en mal d'avenir, est en crise c'est parce que les familles ont échoué dans leur mission, ont occulté leur véritable vocation.

Les familles sont devenues des lieux de tournage des films de guerre, de western, des lieux où on « s'allume », où on se dit les « gbès » nos familles sont devenues des ring de boxe, de catch, de lutte traditionnelle.

Monsieur et madame ne se gênent pas pour se donner en spectacle, ils se battent devant les enfants. Ils vont jusqu'à rivaliser d'ardeur pour trouver  les mots les plus offensants pour faire mal à l'autre.

Vous vous étonnez aujourd'hui si vos enfants vous emboîtent le pas quand ils vous insultent, vous volent, s'ils ne vont pas jusqu'à vous frapper.

« les enfants d'aujourd'hui même ! ils ont changé… ! ». ils ont changé parce que vous avez démissionné ! Chers parents nous avons démissionné

des familles où des frères et sœurs ne se parlent plus et cela dure jusqu'à la mort.

L'éducation des enfants est laissée aux « bonnes », à la rue, à la télévision où on sert tout ce qu'il faut pour déformer un enfant.

Des familles même chrétiennes où on ne prie plus, où on ne va pas à la messe, les enfants ne sont pas inscrits à la catéchèse. Le dimanche jour du Seigneur, les enfants ont droit à la grâce matinée. Le prétexte : « chacun est libre ». une liberté qui mène au meurtre à la mort sociale et spirituelle n'est pas une liberté. Un type de choix de liberté s'impose à nous. La vraie liberté est celle qui conduit à l'option fondamentale qui est de faire le bien. Où, faire le bien nous place sous la coupe, sous le regard bienveillant de Dieu, sur la voie de Dieu.

Oui parents, enfants notre liberté doit nous conduire à rechercher des valeurs humaines et chrétiennes. Seules les familles chrétiennes, seules les familles qui vivent dans la crainte de Dieu peuvent les cultiver et les donner.

Un foyer qui se veut authentique doit s'approprier l'idée du terme « foyer » ; Un foyer ! le foyer suggère l'idée de feu ! et le feu c'est la vie donc le foyer produit la vie et non la rancœur, la haine.

Le foyer chrétien authentique c'est celui qui imite la famille de Nazareth ; une famille qui diffuse un large éventail de vertus. Mais pour l'essentiel, retenons que c'est le lieu où Dieu se place ;

Si Dieu a sa place dans nos familles on trouvera des temps de prière en famille ; on saura se parler, se pardonner, se regarder s'entraider, on cherchera le bien de l'autre ; un véritable havre où les enfants grandissent en age, en intelligence, en sagesse.

Un lieu où s'exhale, se dégage la bonne odeur de l'Amour. Cf l'hymne à l'amour

L'Amour est PATIENT, COMPREHENSIF,

L'Amour n'est pas JALOUX, ORGUEILLEUX

L'Amour ne se met pas en COLERE

L'Amour PARDONNE, RESISTE A TOUT, CROIT TOUT, ESPERE TOUT, SUPPORTE TOUT. Etc (1co 12,31-13,13)

SUPPORTEZ-VOUS !

Le mari a la tentation de dire : « tu es trop compliquée ! »

Et la femme : « il ne me comprend pas ! »

« Ne cherchez pas chacun vos propres intérêts mais plutôt que chacun songe à ceux des autres »(phil 2,4)

relatons une scène de ménage classique : « le soir

le mari rentre à la maison jette au hasard son imperméable ou son sac et explose : quelle journée ! la secrétaire était malade, le patron de mauvais poil, les taxis en grève, la canicule, la chaleur…….. bon ! qu'est ce qu'il y a pour dîner ?

ce n'est pas prêt ? qu'est ce que tu as fabriqué toute la saint journée ?

la femme de répondre : parce que tu crois que moi je n'ai rien fait ? la machine à laver est en panne elle t'attend. Et ton fils a encore eu un 03 en maths. Si tu t'occupais un peu de lui….. mais monsieur vit ici comme s'il est à l'hôtel ….. »

et la dispute démarre.

Retournons le scénario avec les mêmes composantes :

- « bonsoir ma chérie ! comment vas-tu ?

-  et toi ?

- oh des histoires au bureau comme d'habitude mais toi !

- oh la machine à laver est en panne

- je m'en vais m'en occuper

- mais ça ne presse pas ! dînons tranquillement et repose toi un peu d'abord et…. ».

« agissez en tout sans murmure ni contestation » (phil 2,14)

« vous les maris accordez à vos femmes leur part d'honneur »

à nos mamans

« que votre parure ne soit pas extérieure mais à l'intérieur de votre cœur…. Une âme douce et calme » (1p3,3-4)

la grâce d'être femme à méditer « quelle chance d'être femme »

quelques manières d'aimer :

      -     respecter : laisser à l'autre le droit et la chance de se tromper.

      -     attendre : donner le temps à l'autre.

- regarder : un regard d'espérance  au delà des apparences, des qualités des défauts.

- bénir : souhaiter le meilleur à l'autre.

- servir : que l'autre puisse compter sur nous.

- relever : c'est remettre debout un ami qui s'est écroulé.

- encourager, valoriser, accompagner, éduquer, apaiser, compatir,

- épouser : assumer qualités et défauts.

- demeurer : accepter de recommencer à zéro.

Père  VINCENT DE PAUL



23/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 178 autres membres