Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

Homélie Dim 16 Sept

Messe d'action de grâce et d'au revoir des Pères Marcellin KOUADIO et Simon-P. KOHO

XXIVe  DIMANCHE ORDINAIRE C

         Dieu aime profondément l'homme, c'est l'enseignement que nous tirons de la Parole de Dieu en ce 24ème dimanche. Car le berger de l'évangile qui laisse les 99 autres brebis pour aller à la recherche de celle qui est perdue, c'est Dieu. Cette femme qui allume une lampe, balaye la maison pour trouver la pièce de monnaie perdue, c'est Dieu. Ce père qui accueille, les bras ouverts, son fils prodigue, c'est encore Dieu.

          Ce Dieu que nous révèle Jésus dans les trois paraboles, c'est ce même Dieu que nous révèle Moïse dans le livre de l'Exode, un Dieu qui ne veut pas faire du mal au pécheur. Et dans le passage de sa lettre à Timothée, Saint Paul nous dit combien ce Dieu l'a aimé, car autrefois il ne savait que blasphémer, persécuter, insulter, mais voilà que aujourd'hui, non seulement Dieu lui a pardonné, mais encore il a fait de lui l'apôtre de son Fils Jésus Christ.

         Mais  pourquoi Dieu agit-il ainsi ? Pourquoi Dieu n'extermine-t-il pas les enfants d'Israël qui ont péché gravement en faisant d'un veau en métal fondu leur dieu ? Pourquoi Dieu a-t-il poursuivi de son amour Saul, le blasphémateur, le persécuteur, l'insulteur ?

Pourquoi Dieu se met-il en peine pour chercher un seul pécheur qui se perd ?

Dieu agit ainsi parce qu'il est fidèle à sa parole.

Depuis le péché d'ADAM, Dieu a décidé de sauver le pécheur et il reste fidèle à sa décision. Car s'il hait le péché, il aime le pécheur, l'homme pécheur a du prix devant lui, l'homme qu'il a crée à sa image et à sa ressemblance.

         Jésus n'a pas apporté d'autres révélations que celle-là : le salut de l'homme pécheur, et c'est lui qui a reçu mission de réaliser cela. Avant de  le réaliser par sa mort et sa résurrection, il a parlé à l'homme de conversion, il a accordé le pardon de Dieu à des convertis : il a pardonné à Marie de Magdala,  à Zachée, au larron repenti à qui il a promis le paradis dans l'immédiat. Oui, Jésus  a montré que Dieu aime le pécheur. Voilà pourquoi ses adversaires, les scribes et les pharisiens, le critiquaient : « Il fait bon accueil aux pécheurs et il mange à leur table », disaient-ils.

C'est ce dimanche où nous glorifions Dieu pour sa grande miséricorde envers le pécheur, que la Paroisse Saint Jacques dit au revoir au Curé et à l'un des vicaires, les Pères Marcellin KOUADIO et Simon Pierre KOHO.

Pourquoi ont-ils été envoyés en mission dans cette portion de l'église d'Abidjan ?

         Au cours des siècles, Dieu a choisi des hommes pour rappeler son amour miséricordieux et dire qu'il est toujours le Dieu qui pardonne. La 1ere lecture nous parle de Moïse, l'ami qui sait toucher ses fibres sensibles : «  Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Jacob, à qui tu as juré par toi-même, etc… » « Le Seigneur renonça au mal qu'il a voulu faire à son peuple » Saint Luc nous rapporte les paraboles de Jésus sur son Père, le Dieu de miséricorde. Jésus, Parole de Dieu, et Luc, le rapporteur de cette parole : des témoins du Dieu qui pardonne- Et puis Saint Paul dans la 2eme Lecture : il se présente comme un pur  produit de la miséricorde de Dieu, il éclate, plein de reconnaissance : « Honneur et gloire au roi des siècles, au Dieu unique, invisible et immortel, pour les siècles des siècles Amen ». Çà, c'était hier. Aujourd'hui, ce sont les Pères Marcellin KOUADIO et Simon Pierre KOHO. Depuis trois ans, ils sont à Saint Jacques pour être la mémoire de Dieu, rappeler son amour miséricordieux. Ils vont quitter la paroisse pour une autre destination, mais toujours pour la même mission. Trois ans c'est bon pour un Vicaire. Car tout prêtre est appelé à être Curé et même Evêque. Et plus il acquiert de l'expérience plus il sera efficace et mieux il sera au service des hommes. Simon a servi dans une paroisse urbaine, il va dans une paroisse rurale ; il serait bon qu'il fasse encore une paroisse semi urbaine ; il aura bouclé la boude et on pourra le stabiliser pour longtemps, c'est l'idéal. Mais ce ne sera pas le cas pour le Père Marcellin KOUADIO qui part après seulement trois ans de service. Un curé est appelé à rester longtemps à la tête d'une paroisse. C'est pourquoi il y a tout un cérémonial de prise de possession de sa charge. On va l'accueillir aux frontières de la paroisse ; l'évêque ou son délégué qui doit l'installer l'accueille. Il l'installe sur le siège curial, qui est aussi le siège de la Présidence de la liturgie. Le curé, ayant pour première charge d'annoncer l'évangile et de faire des disciples est conduit à  l'ambon, lieu de proclamation de la Parole de Dieu. Après avoir fait des disciples, il faut les sanctifier. Le curé est alors conduit au baptistère, le lieu des baptêmes, ensuite au confessionnal, pour le pardon des péchés ; enfin, au moment de l'eucharistie proprement dite, il est conduit à l'autel pour changer le pain et le vin au corps et au sang du Christ pour qu'après avoir donné à manger aux fidèles le pain de la Parole de Dieu, il leur donne aussi le pain eucharistique. Car c'est le curé qui fait la paroisse, et même s'il a des Vicaires, il doit être le premier dans l'action : le premier à présider la Messe, à baptiser, à confesser, et même le premier à se mettre à table aux heures du repas. Car manger fait aussi parti de l'Evangélisation et du ministère pastoral. L'Eglise ne déploie pas tous ces rites pour qu'un prêtre nommé curé s'en aille au bout de trois années de service. Le vicaire n'est pas installé parce qu'il est fait pour partir. Il est vrai que Marcellin n'a pas connu tout cela, comme tant d'autres prêtres d'ailleurs.

         Père Marcellin KOUADIO, disons que : tu es venu, tu as vu, tu t'en vas. Mais ce peu de temps a été bien rempli, et il en est ainsi pour Simon-Pierre. (Tout cela a été dit éloquemment et longuement). J'ai passé une année avec toi et j'ai trouvé en toi les qualités que l'on exige d'un curé, notamment être proche de son peuple. Tu étais proche de ton peuple dans ses moments de peine : visites aux malades, participation aux funérailles, animation de veillée funèbre bien que très fatigué. Tu étais proche de ton peuple dans ses moments de joie : anniversaire de naissance, de mariage et autres événements joyeux sont annoncés et l'on applaudit. Je n'ai jamais vu applaudir autant qu'ici, à St Jacques.

         Le Conseil paroissial en est conscient. C'est pourquoi, ce dimanche 16 septembre 2007, il nous a convié à l'action de grâce à Dieu. Action de grâce à Dieu pour tout ce que Marcellin KOUADIO et Simon Pierre KOHO ont reçu de lui. Action de grâce  pour tout le bien qu'il a fait à la paroisse St Jacques par le ministère de ces deux pasteurs. Action de grâce à Dieu pour tout ce que Marcellin KOUADIO et Simon Pierre ont reçus des paroissiens de St Jacques.

         Ainsi, à la suite de St Paul, pouvons-nous nous écrier : « Honneur et gloire au roi des siècles, au Dieu unique, invisible et immortel, pour les siècles des siècles. Amen ». Et que ce Dieu « Unique, invisible et immortel » fasse que le message prophétique de ses envoyés Marcellin et Simon Pierre apporte la paix à ceux qui comptent sur Lui ; et qu'il ne fasse pas mentir les paroles de ses prophètes, chantions-nous au début de la célébration eucharistique.

Par le Père Acafou



21/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 178 autres membres