Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

samedi 19 février 2011

Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Jn 6, 68



Le samedi de la 6e semaine du temps ordinaire


Saint(s) du jour : St Gabin (+296)

Voir le commentaire ci-dessous, ou cliquer ici
Un auteur syrien anonyme: « Celui-ci est mon fils bien-aimé »


Lettre aux Hébreux 11,1-7.

Frères, la foi est le moyen de posséder déjà ce qu’on espère, et de connaître des réalités qu’on ne voit pas. Et quand l'Écriture rend témoignage aux anciens, c'est à cause de leur foi. Grâce à la foi, nous comprenons que les mondes ont été organisés par la parole de Dieu, si bien que l'univers visible provient de ce qui n'apparaît pas au regard. Grâce à la foi, Abel offrit à Dieu un sacrifice meilleur que celui de Caïn ; à cause de sa foi, il fut déclaré juste : Dieu lui-même rendait ainsi témoignage à ses offrandes ; à cause de sa foi, bien qu'il soit mort, il parle toujours. Grâce à la foi, Hénok fut enlevé de ce monde, et il ne connut pas la mort ; personne ne le retrouva parce que Dieu l'avait enlevé. L'Écriture témoigne en effet qu'avant d'être enlevé il était agréable à Dieu. Or, sans la foi, c'est impossible d'être agréable à Dieu ; car, pour s'avancer vers lui, il faut croire qu'il existe et qu'il assure la récompense à ceux qui le cherchent. Grâce à la foi, Noé, averti de ce qu'on ne voyait pas encore, prit au sérieux la parole de Dieu : il construisit une arche pour le salut de sa famille. Sa foi condamnait le monde, et il reçut de Dieu la justice qui s'obtient par la foi.


Psaume 145(144),2-3.4-5.10-11.

Chaque jour je te bénirai, je louerai ton nom toujours et à jamais.
Il est grand, le Seigneur, hautement loué ; à sa grandeur, il n'est pas de limite.
D'âge en âge, on vantera tes œuvres, on proclamera tes exploits.
Je redirai le récit de tes merveilles, ton éclat, ta gloire et ta splendeur.
Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent !
Ils diront la gloire de ton règne, ils parleront de tes exploits,


Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,2-13.

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d'entre les morts ». Ils l'interrogeaient : « Pourquoi les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d'abord ? » Jésus leur dit : « Certes, Élie viendra d'abord pour remettre tout en place. Mais alors, pourquoi l'Écriture dit-elle, au sujet du Fils de l'homme, qu'il souffrira beaucoup et sera méprisé ? Eh bien ! je vous le déclare : Élie est déjà venu, et ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu, comme l'Écriture le dit à son sujet. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris



Commentaire du jour :

Un auteur syrien anonyme
Homélie attribuée à tort à saint Ephrem (trad. L'Année en fêtes, Migne 2000, p. 475 rev.)

« Celui-ci est mon fils bien-aimé »


      Jésus a emmené Pierre, Jacques et Jean sur la montagne et leur a montré, avant sa résurrection, la gloire de sa divinité ; ainsi, lorsqu'il ressusciterait des morts dans la gloire de sa nature divine, ils reconnaîtraient qu'il n'avait pas reçu cette gloire comme récompense de sa peine, comme s'il en avait besoin, mais qu'elle lui appartenait bien avant les siècles, auprès du Père et avec le Père. C'est ce qu'il dit lui-même à l'approche de sa Passion volontaire : « Père, glorifie-moi de la gloire que j'avais auprès de toi, avant que le monde soit créé » (Jn 17,5). C'est cette gloire de sa divinité, mystérieusement enfouie dans son humanité, qu'il a montré à ses apôtres sur la montagne. Ceux-ci...ont vu deux soleils, un qui resplendissait au ciel comme d'habitude, et un autre qui resplendissait de façon inhabituelle ; un qui illuminait le monde du haut du firmament, et un autre qui brillait pour eux seuls, le visage tourné vers eux...

      Alors Moïse et Élie sont apparus...et lui rendaient grâce de ce que leurs paroles, comme celles de tous les prophètes, avaient été accomplies par sa venue. Ils lui offraient l'adoration pour le salut qu'il opérait en faveur du monde entier et pour l'accomplissement du mystère qu'ils avaient été chargés d'annoncer. Ainsi, les apôtres et les prophètes ont été remplis de joie sur cette montagne. Les prophètes se sont réjouis de voir son humanité, qu'ils n'avaient pas pu connaître d'avance ; les apôtres se sont réjouis de voir la gloire de sa divinité qu'ils ne connaissaient pas encore, et d'entendre la voix du Père rendre témoignage à son Fils. Par elle et par la gloire de sa divinité qui resplendissait de son corps ils ont appris son incarnation qui leur était restée inconnue jusque-là.



21/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres