Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

mardi 01 mars 2011

Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Jn 6, 68



Le mardi de la 8e semaine du Temps Ordinaire


Saint(s) du jour : St Aubin d'Angers, évêque (+ 550)

Voir le commentaire ci-dessous, ou cliquer ici
Thomas de Celano : Tout quitter pour le suivre


Livre de l'Ecclésiastique 35,1-12.

C'est présenter de multiples offrandes que d'observer la Loi ; c'est offrir un sacrifice de communion que de s'attacher aux commandements. C'est apporter une offrande de fleur de farine que de se montrer reconnaissant ; c'est présenter un sacrifice de louange que de faire l'aumône. On obtient la bienveillance du Seigneur en se détournant du mal ; on offre un sacrifice d'expiation en se détournant de l'injustice. Ne te montre pas les mains vides en présence du Seigneur. Accomplis tout cela parce que tel est son commandement. L'offrande de l'homme juste est comme la graisse des sacrifices sur l'autel, son agréable odeur s'élève devant le Très-Haut. Le sacrifice de l'homme juste est agréé par Dieu ; la partie de l'offrande brûlée en mémorial ne sera pas oubliée. Rends gloire au Seigneur sans être regardant : ne réduis pas les prémices du travail de tes mains. Chaque fois que tu fais un don, montre un visage joyeux ; consacre de bon cœur à Dieu le dixième de ce que tu gagnes. Donne au Très-Haut selon ce qu'il te donne, sans être regardant, selon tes ressources. Car le Seigneur est celui qui paye de retour ; il te payera de retour sept fois plus que tu n'auras donné. N'essaye pas de l'influencer par des présents, il ne les acceptera pas ; ne mets pas ta confiance dans un sacrifice injuste. Car le Seigneur est un juge qui ne fait pas de différence entre les hommes.


Psaume 50(49),5-6.7-8.14.23.

« Assemblez, devant moi, mes fidèles, eux qui scellent d'un sacrifice mon alliance. »
Et les cieux proclament sa justice : oui, le juge c'est Dieu !
« Écoute, mon peuple, je parle ; Israël, je te prends à témoin. Moi, Dieu, je suis ton Dieu !
« Je ne t'accuse pas pour tes sacrifices ; tes holocaustes sont toujours devant moi.
« Offre à Dieu le sacrifice d'action de grâce, accomplis tes vœux envers le Très-Haut.
« Qui offre le sacrifice d'action de grâce, celui-là me rend gloire : sur le chemin qu'il aura pris, je lui ferai voir le salut de Dieu. »


Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10,28-31.

Pierre se mit à dire à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre. » Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : personne n'aura quitté, à cause de moi et de l'Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre, sans qu'il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle. Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers seront les premiers. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris



Commentaire du jour :

Thomas de Celano (v. 1190-v. 1260), biographe de St François et de Ste Claire
Vie de sainte Claire, §25-28 (trad. Vorreux, Documents, Éds. Franciscaines 1983, p. 615 rev.)

Tout quitter pour le suivre


      Depuis quarante ans déjà Claire, selon la comparaison employée par saint Paul (1Co 9,24), menait la course dans le stade de la très grande pauvreté. Elle approchait du but de sa vocation céleste et de la récompense promise au vainqueur... La divine Providence se hâtait d'accomplir ce qu'elle avait prévu pour Claire : le Christ veut introduire dans son palais royal la petite pauvre au terme de son pèlerinage. Quant à elle, elle aspirait de tout l'élan de son désir...à contempler, régnant là-haut dans sa gloire, le Christ qu'elle avait imité sur terre dans sa pauvreté...

      Toutes ses filles étaient réunies autour du lit de leur mère... S'adressant alors à elle-même, Claire dit à son âme : « Pars en toute sécurité, car tu as bon guide pour la route. Pars, car celui qui t'a créée t'a aussi sanctifiée ; il t'a toujours gardée et aimée d'un tendre amour, comme une mère aime son enfant. Sois béni, Seigneur, toi qui m'as créée ! » Une sœur lui demanda à qui elle s'adressait. Claire répondit : « A mon âme bénie ». Son guide pour la route n'était pas loin. En effet, se tournant vers l'une de ses filles, elle dit : « Vois-tu le Roi de gloire que j'aperçois ? »...

      Bénie soit sa sortie de cette vallée de misère, sortie qui fut pour elle l'entrée dans la vie bienheureuse ! En récompense de ses jeûnes d'ici-bas, elle connaît maintenant la joie qui règne à la table des saints ; en échange des guenilles et des cendres, elle est entrée en possession de la béatitude du Royaume des cieux où elle est revêtue de la robe de gloire éternelle.





08/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres