Sous COMMISSION LITURGIE St Jacques

jeudi 03 mars 2011

Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Jn 6, 68



Le jeudi de la 8e semaine du Temps Ordinaire


Saint(s) du jour : Ste Cunégonde, o.s.b. (+ 1040)

Voir le commentaire ci-dessous, ou cliquer ici
Saint Grégoire le Grand : « Il criait de plus belle »


Livre de l'Ecclésiastique 42,15-25.

Je vais rappeler les oeuvres du Seigneur. Ce que j'ai vu, je vais le raconter : c'est au moyen de sa parole que le Seigneur a réalisé ses oeuvres. Comme le soleil, dans son éclat, regarde chaque chose,ainsi la gloire du Seigneur rayonne dans toute son oeuvre. Il n'a pas été possible aux anges, les saints du Seigneur,de décrire toutes les merveilles de sa création,celles que le Seigneur tout-puissant a fondéespour que l'univers soit affermi dans sa gloire. Le Seigneur a scruté aussi bien les profondeurs de l'abîmeque le coeur des hommes,il a discerné leurs subtilités.Car le Très-Haut possède toute connaissance,il a observé les signes des temps, faisant connaître le passé et l'avenir,et dévoilant les traces des choses cachées. Aucune pensée ne lui a échappé,pas une parole ne lui a été cachée. Il a organisé les chefs-d'oeuvre de sa sagesse,lui qui existe depuis toujours et pour toujours :rien ne peut lui être ajouté ni enlevé,il n'a eu besoin d'aucun conseiller. Comme toutes ses oeuvres sont attirantes,jusqu'à la plus petite étincelle qu'on peut apercevoir ! Tout cela subsiste pour toujours ;pour répondre à tous les besoins, tout lui obéit. Toutes les choses vont deux par deux, face à face,il n'a rien fait de défectueux, une chose confirme l'excellence de l'autre :qui peut se rassasier de contempler la gloire de Dieu ?


Psaume 33(32),2-3.4-5.6-7.8-9.

Rendez grâce au Seigneur sur la cithare, jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.
Chantez-lui le cantique nouveau, de tout votre art soutenez l'ovation.
Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; il est fidèle en tout ce qu'il fait.
Il aime le bon droit et la justice ; la terre est remplie de son amour.
Le Seigneur a fait les cieux par sa parole, l'univers, par le souffle de sa bouche.
Il amasse, il retient l'eau des mers ; les océans, il les garde en réserve.
Que la crainte du Seigneur saisisse la terre, que tremblent devant lui les habitants du monde !
Il parla, et ce qu'il dit exista ; il commanda, et ce qu'il dit survint.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10,46-52.

Jésus et ses disciples étaient venus à Jéricho. Et tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, un mendiant aveugle, Bartimée, le fils de Timée, était assis au bord de la route. Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Beaucoup de gens l'interpellaient vivement pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l'aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t'appelle. » L'aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? - Rabbouni, que je voie. » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t'a sauvé. » Aussitôt l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris



Commentaire du jour :

Saint Grégoire le Grand (v. 540-604), pape et docteur de l'Église
Homélies sur l'Évangile, n°2 ; PL 76, 1081 (trad. Luc commenté, DDB 1987, p. 141 rev.)

« Il criait de plus belle »


      Que tout homme qui connaît les ténèbres qui font de lui un aveugle...crie de tout son esprit : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ». Mais écoutons aussi ce qui fait suite aux cris de l'aveugle : « Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour lui imposer silence » (Lc 18,39). Qui sont-ils ? Ils sont là pour représenter les désirs de notre condition en ce monde, fauteurs de trouble, les vices de l'homme et leur tumulte, qui, voulant empêcher la venue de Jésus en nous, perturbent notre pensée en y semant la tentation et veulent couvrir la voix de notre cœur en prière. Il arrive souvent, en effet, que notre volonté de nous tourner vers Dieu à nouveau..., notre effort pour éloigner nos péchés par la prière, soit contrarié par leur image : la vigilance de notre esprit se relâche à leur contact, ils jettent la confusion dans notre cœur, ils étouffent le cri de notre prière...

      Qu'a donc fait cet aveugle pour recevoir la lumière malgré ces obstacles ? « Il criait de plus belle : ' Fils de David, aie pitié de moi ! ' »... Oui, plus le tumulte de nos désirs nous accable, plus nous devons rendre notre prière insistante... Plus la voix de notre cœur est couverte, plus elle doit insister vigoureusement, jusqu'à couvrir le tumulte des pensées envahissantes et toucher l'oreille fidèle du Seigneur. Chacun se reconnaîtra, je pense, dans cette image : au moment où nous nous efforçons de détourner notre cœur de ce monde pour le ramener à Dieu..., ce sont autant d'importuns qui pèsent sur nous et que nous devons combattre. C'est un essaim que le désir de Dieu a du mal à écarter des yeux de notre cœur... Mais en persistant vigoureusement dans la prière, nous arrêtons en notre esprit Jésus qui passait. D'où le récit de l'Évangile : « Jésus s'arrêta et ordonna qu'on le lui amène » (v. 40).





08/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres